Traduisez le site dans votre langue

Select your languages

mercredi 23 mai 2012

Steampunk ain't dead !!!

Préambule

Steampunk…Même le nom est furieusement sexy…non?! Bon, l'amour m'aveugle peut-être, je vous le concède, mais ça n'enlève rien à la grandeur de ce courant de la littérature de science-fiction.
Je ne sais pas ce qui me plait le plus: que les auteurs s'amusent à jouer avec le tissu de l'histoire dans leurs œuvres, déformant des parties, les déchirant, puis les rapiéçant avec des éléments pris ailleurs pour former de magnifiques uchronies …ou alors son esthétique si particulière basée sur le postulat d'un développement alternatif de la technologie à vapeur.
Dans tous les cas, on est dans du totalement barré et quand les auteurs se donnent la peine de fournir un minimum d'effort, vous pouvez être assurés de prendre un pied monstre.

Mon hommage à ce genre trop peu connu (une version en couleur bientôt sur ma page Facebook)

"De rouille et d'os" : Contexte et origines 

Mes articles les plus longs étant hélas les plus boudés, je vais faire l'impasse sur les origines du genre et tous les débats les concernant. Néanmoins sachez que le terme a été utilisé pour la première fois par l'auteur déviant californien K.W. Jeter en 1979 (écrire au lieu de surfer, un véritable dérangé !).

K.W Jeter
K.W Jeter le surfeur du Steampunk

Notre taquin ami ricain parodiait ainsi un autre genre de la science fiction, le Cyberpunk afin de "baptiser" le courant de "fantasy victorienne" qu'il venait de créer avec d'autres auteurs comme Tim Powers.
Tim Powers
Tim Powers, ne vous fiez pas à ses airs stricts

Si le terme de fantasy victorienne est utilisé, c'est parce que dans les romans du genre, l'héroïne, la vraie, c'est la perfide Albion, celle de la fin du 19ème siècle avec son style vestimentaire, ses inventions en pagaille…Et sa vapeur ! En effet, comme si l'Homme avait décidé d'appliquer le vieil adage "on ne change pas une équipe qui gagne", dans le steampunk il aura avancé avec celle-ci au "détriment" de l'électricité.
Une illustration résumant l'esprit des machines steampunk avec efficacité

En résultent des inventions futuristes mais avec un style bien rétro avec une utilisation de matériaux traditionnels: Le steampunk sent bon la sciure de bois et le métal chauffé à blanc !
Bien sûr, d'autres dérivés existent, comme le futur post-apocalyptique où la technologie a reculé et se plie aux contraintes de ce sombre avenir.
ville steampunk
Une Cité Steampunk vue par un artiste très inspiré

S'Il s'agit d'un genre très prolifique je me restreindrai à vous conseiller deux auteurs chers à mon cœur :
-Michael Moorcock. Ce génie aura réussi à briller dans à peu près tous les styles de la littérature fantastique, Dark Fantasy (Mmmmh le cycle des Von Bek), Uchronie, mais aussi Steampunk avec le cycle d'Oswald Bastable.
oswald bastable

-Thomas Day et son Sherlock Holmes brutal et sanguinaire de "L'instinct de l'équarisseur". Décalé, violent et savoureux.
sherlock holmes

Animation 

(J'occulte sciemment les films, car à part le récent Sucker Punch et les moyens Wild Wild West et Captain Sky, je n'ai pas souvenir de production mettant en avant un univers steampunk, à votre bon coeur si vous en connaissez)
Ce qui est fou à dire, c'est que, malgré les origines occidentales du genre, ce sont les japonais qui (de mon point de vue hein !) rendent le mieux hommage au genre steampunk avec des œuvres cultes et plus ou moins connues :

-Nadia et le secret de l'eau bleue, un anime qui a marqué mon enfance avec sa narration plutôt mature et ses hommages aux univers de Jules Vernes (Nautilus, captain Nemo etc.).
nadia
La série se paie même le luxe de débuter lors de l'Exposition Universelle de 1889 à Paris, THE place to be pour tous les inventeurs fous et les amoureux de sciences à l'époque !

-FullMetal Alchemist, le shonen (manga pour ado mâles) aux accents philosophiques et métaphysiques.

automail Elric
Nous nous trouvons dans un monde où l'alchimie a supplantée la science, celle-ci devant faire optimiser les technologies existantes comme la machine à vapeur et les fameux automails. Les armes et les systèmes politiques également relèvent également de l'Europe des grands empires avec une action se déroulant à Amestris, un pseudo empire Prussien sous l'égide d'un führer héros de guerre.

-Last Exile, le joyau graphique et poétique de Range Murata et des studios Gonzo. Imaginez un 19ème siècle où la technologie se serait développée plus rapidement, d'une manière alternative à ce que nous connaissons si bien.

D'un côté les armées et batailles sont d'inspiration napoléonienne, tant par le design des fantassins que le déroulement des escarmouches. De l'autre, nous voyons évoluer des engins volants utilisant une technologie "extra-terrestre" dont les plus marquants sont les Vanships, ces biplaces sans ailes empruntant leur design aux Junkers A35 allemands. Je laisse volontairement de côté le sublime scénario, je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir de le découvrir au fur et à mesure des épisodes.

Actualités

Jeux vidéos:

Oui j'aime le steampunk, vous comprendrez donc que je sois assez emballé par une des futures sorties vidéo-ludiques : Dishonored, le prochain jeu de Bethesda par les petits français d'Arkane Studio (plus si français que ça en fait). Je vous laisse vous référer aux impressions de professionnels éclairés et au site consacré au titre pour les détails.

Je me contenterais de vous dire que c'est le jeu que j'attends le plus cette année avec son ambiance steampunk dans une réalité alternative où l'huile de baleine est une denrée précieuse et la peste, un fléau d'actualité. 
En plus de cela le gameplay et la réalisation graphique ne semblent pas avoir été sacrifiés à l'immersion narrative, bien au contraire d'après les derniers screenshots et interviews. En plus de cela, les créateurs ont l'air d'une intégrité artistique et d'une intelligence assez rares pour être soulignées. Leur interview disponible sur Gameblog a achevé de me convaincre de leur envie de nous délivrer une œuvre d'artiste et non un produit marketing bien huilé (hoho!).
Ah et il ne faut pas oublier qu'Arkane Studio n'en est pas à son premier essai dans le genre steampunk. Le studio s'est en effet occupé du level design et des animations de Bioshock 2, la série très inspirée biopunk, un dérivé du steampunk basé sur le développement des biotechnologies.

Comics :

Et comme si je n'étais pas assez gâté comme ça par l'annonce de Dishonored, il a fallut que je tombe sur une petite pépite graphique en import: Carbon Grey!
carbon grey
Je vous fait le pitch rapidement: l'histoire se déroule dans une Europe alternative où deux blocs s'opposent depuis des lustres, l'un d'entre eux ayant à sa tête un Kaizer divinisé. Depuis des lustres, ce dieu vivant est protégé par les descendantes d'un héros de l'empire: Gottmund…Mais cette fois-ci, l'une d'entre elles a failli à sa mission : le Kaizer est mort, et peut-être même de sa propre main…
Je dois être honnête, le scénar, même s'il est plus que potable-ne casse pas trois pattes à un canard. En fait, c'est plus la description au fur et à mesure de l'univers dans lequel évolue les protagonistes et l'atmosphère globale servie par un graphisme magistral qui font le travail. On se retrouve très vite immergé dans cette guerre poisseuse qui harasse chacun des camps, brisant rêves et vie sur son passage. Seul point négatif, le bouquin n'est pas disponible en France, il faudra passer par internet pour vous le commander à un prix plus que raisonnable toutefois. A noter qu'il s'agit d'un projet Kickstarter donc libre à vous de participer à l'aventure avec ses auteurs.

Animation :

Je viens juste de commencer le visionnage de The Legend of Korra, la suite de Avatar The Last Airbender, la série d'animation de Nichelodeon très japonisante. 

Je n'en suis qu'au premier épisode mais je dois dire que ça sent très bon ce mélange de maitrise naturelle des éléments et de technologie. Des décennies après les évènements relatés dans la première série, le monde de Ang a bien changé et se rapproche beaucoup de l' Amestris de Fullmetal Alchemist. Korra, la nouvelle incarnation de l'Avatar va devoir faire face aux chocs des mentalités. Affaire à suivre donc (un post si je suis totalement emballé !).

Chroniques d'un futur antérieur

Même si le projet est sûrement mort et enterré depuis belle lurette, je ne pouvais finir ma chronique sur le steampunk sans évoquer un jeu qui m'avait énormément emballé à son annonce : Edge of The Twilight.
Edge of the Twilight
Ce jeu développé par le studio australien FuzzyEyes Studio prenait place dans un univers où la frontière entre deux dimensions se fait de plus en plus floue, le tout dans une ambiance steampunk du plus bel effet: paysages ravagés/surexploités par l'Homme, machineries à vapeur et à énergie fossiles, style vestimentaire et architectural rétros etc.
Edge of the Twilight ville
Tout en ce jeu m'enchantait et je l'attendais avec impatience, voire même plus que certaines grosses licences que je suivais depuis longtemps. Il représentait la bouffée d'air vicié frais que j'attendais, et il était surtout l'un des (trop) rares représentant du genre dans les jeux-vidéos.
Imaginez ma frustration quand j'ai appris les rumeurs de son annulation, suivie du silence complet après le démenti de celle-ci en 2010…Deux ans sans nouvelles, deux ans à checker d'hypothétiques annonces de reprise du développement (voire même de lancement surprise), deux ans à pester contre l'injustice de l'industrie vidéo-ludique. Le parcours de ce jeu me donne une impression de gâchis monumental et je ne sais même pas qui marabouter tant les informations sur le développement ont été rares.
De cet "acte manqué", je retiendrais par-dessus tout les trailers alléchants portés par les somptueux thèmes de Mick Gordon, leurs rythmes lancinants et lugubres faisant aujourd'hui office de requiem pour le jeu mort-né.

Le très narratif et crépusculaire The Fall
Mon préféré, le très épique et pessimiste Someone Special
Bref, je suis dégouté.

Si j'ai réussi à piquer votre curiosité, voici deux sites qui devraient vous intéresser :

Le défi steampunk : une sorte de "base de données" interactive sur les différents ouvrages du genre. Vous pouvez donner autant que vous recevez, tout bonnement excellent, je regrette de ne pas l'avoir connu plus tôt.

French-steampunk : tout est dans le titre. Vous saurez tout sur le zizi l'actualité steampunk francophone, mais pas que. Bons plans, évènements, interviews de sommités, revues historiques...Tout y est pour faciliter votre entrée en douceur dans l'univers du steampunk.

N'hésitez pas à laisser un commentaire et à liker/partager l'article si vous l'avez apprécié
A bientôt pour un post "très très chaud", j'hésite même à mettre un avertissement parental sur le blog pour le coup...ou pas !