Traduisez le site dans votre langue

Select your languages

mardi 8 juin 2010

Bogossitude


De temps en temps je décide de faire des expériences cinématographiques assez risquées, elles peuvent déboucher sur des réactions physiques violentes comme ma dernière cécité passagère après avoir vu "Gi Joe" ou encore mon hémoragie auditive due à la bande son du "Choc des titans", bref la médiocrité me file de l'urticaire. Par contre il arrive que l'univers décide d'être clément avec ma petite personne et met sur mon chemin de petites perles inattendues telle une parenté d'enfants normaux attribuée à des roux. Dans cette catégorie miraculeuse, je place "Les beaux gosses" de Riad Sattouf au sommet du classement.
Le pitch: Le quotidien d'Hervé, un ado au physique et à l'intellect si ingrats que je me tate à envoyer une corbeille à la famille de l'acteur. Le spectateur suit donc notre héros aux prises avec les vieux spectres de l'adolescence je cite, acnée, cheveux gras, petites brutes, émois hormonaux et onanisme chronique.
La ligne directrice est toute simple mais la patte de Satouff a fait la diff malgré des moyens plus que modestes:dire qu'il aurait fait son film avec des capsules de bouteilles et quelques crottes de nez ne serait vraiment pas exagéré (tandis que le compte bancaire des Rothschilds ne pourrait sauver un film de James Wong* de la catégorie Nanard).
Bref tout y est dépeint de manière tellement simple et naturelle, presqu'enfantine même, qu'on se laisse prendre au jeu et qu'on se surprend à rire devant des scènes d'une colossale finesse comme l'explication scientifique de la "gaule du tractoriste". Certes ce n'est pas du Audiard au niveau des dialogues mais la plupart des répliques sont bien trouvées et je me suis surpris à rire devant un film français pour la première fois depuis...houla loin!
Pour faire court, je conseille ce film à toute personne désirant se détendre et rire un bon coup sans se prendre la tête. Le remède idéal après une journée de loose ou après avoir subi un délire philosophico-bobo de BHL.
*Pour info, James Wong est le faussaire maléfique responsable de "Dragon Ball Evolution", c'est l'une des rares personnes avec Besancenot et quelques autres immondes salopards pouvant, et même devant être giflée par l'humanité entière, roux et arabes compris.
Nekofurioso.
15/20

1 commentaire:

Commentaires : Hate it or Like it but Say it !