Traduisez le site dans votre langue

Select your languages

lundi 28 mars 2011

Petit point sur l'animation française

En fait le titre est un peu mensonger car dans ce post je ne vais parler que d'Ankama.



"on se rentre dans le lard gaiement dans Wakfu mais c'est jamais cochon" Jean-Pierre Coffe, philosophe-gourmet, France


Ne criez pas au favoritisme, car même si je voue une admiration sans bornes à la maison d'édition du grand nord français, il faut avouer que ses productions sont ce qui se fait de mieux actuellement dans l'hexagone.
Pour appuyer mes propos et éviter de m'épancher trop longtemps sur cette affirmation, je vous propose un extrait de l'épisode 12 la première saison de Wakfu: "l'enfer du Boufbowl"





Un vibrant hommage à dragon ball ou aux matchs PSG-Lille?


Histoire d'une Love Story
Vu que Wikipédia pourra vous fournir un historique détaillé et précis sur la boite originaire de Roubaix, je vais plutôt vous proposer une vision plus "personnelle" de son cheminement depuis le jeu flash Dofus jusqu'à l'émergence de ses excellents labels comme le subversif label 619 de Run.
Mon premier contact avec Ankama se situe au moment du lycée où, alors à l'internat, je ne disposai que de peu de loisirs vidéo-ludiques durant la semaine, mon temps libre se répartissant entre des moments de joie insouciante avec mes potes et d'autres moins conviviaux du CDI. C'est pourtant durant cette deuxième occupation que j'ai découvert Dofus via les gamers de l'internat qui n'avaient pas manqué de l'installer sur chaque ordinateur du CDI (les petits coquins). Je me retrouvai donc vite à réaliser des quêtes dans "le monde des douze" à chaque fois que se présentait un instant d'accalmie pendant les cours et avant la réintégration de mon dortoir.
L'expérience était nouvelle, fraiche avec un univers coloré aux inspirations "manga" et un humour omniprésent, tout était présent pour que je devienne vite accro mais hélas je n'ai jamais pu dépasser le niveau 8 avec mon Sacrieur, incapable de me soumettre à la contrainte de devoir jouer à heures fixes et fréquemment pour ne pas être largué dans cet univers persistant (raison pour laquelle je n'ai jamais adhéré à aucun MMORPG ou MEUPORG). En plus de cela le CDI n'était pas un cyber-café et bientôt tous les ordinateurs furent hermétiquement verrouillés, empêchant les aventuriers en herbe de continuer leurs quêtes.

Je m'arrêtai donc là pour Dofus le jeu-vidéo, mais je ne perdais toutefois pas de vue le travail d'Ankama, m'informant régulièrement sur leur actualité via le net, ainsi quelques temps plus tard je tombai sur la vidéo promotionnelle du projet mutafukaz de Run et put@in, quelle claque mes amis.
Voici ladite vidéo (plus clean que dans mon souvenir):





"That's a f*ckin O.G animated production". XZibit, Poète,USA

Aaah, Dieu que je l'ai faite tourner cette vidéo (hélas, souvent pour me prendre des "mouaip, pas terrible"...cons de jeunes!!!).

Bref, la graine était plantée et tout me prédisposais à devenir un fanboy d'Ankama
qui multiplia des années plus tard via son label 619 des oeuvres en marge des standards de bande dessinée française, ni tout à fait franco-belges, ni tout à fait "global-manga", flirtant même avec le comics et empruntant les codes des trois grands courants de bande dessinée. Etant moi-même un original, je ne pouvais qu'adhérer à cette démarche et bientôt s'accumulèrent dans ma bibliothèque les premiers tomes de Debaser et Freaks' Squeele (et ceux de Maliki aussi :p) Mutafukaz étant suivi par un de mes compadres.


Aujourd'hui je suis toujours autant accro mais mon admiration s'est transformée en un désir irrépressible de collaborer avec Ankama, et ce en particulier depuis le travail de "Cross Média" réalisé autour de Wakfu, la suite de Dofus se situant 100 ans après son prédécesseur: la phase de béta-test étant accompagnée d'une promotion avec une bande dessinée, un dessin animé, des cartes à jouer , ces médias se soutenant les uns les autres pour plus d'impact sur le public ciblé.
Ce fût une réelle réussite car en plus d'une démarche marketing impeccable, les oeuvres développées autour de Wakfu étaient de qualité (la BD d'ancestral Z étant complètement barré et le dessin animé diffusé sur France 3 d'une animation exemplaire rivalisant avec ce qui se fait de mieux au Japon).


Conclusion partielle
:
Il se fait tard et j'en ai beaucoup écrit en ce jour donc je vais conclure sur la version noir et blanc du fanart de tête d'article qui m'a été inspiré par le cinquième épisode de la saison 2 de Wakfu diffusé samedi dernier sur France 3 et qui mettait la confrérie du Tofu aux prises avec un Cochon Dragon.





La vidéo combat final entre Tristepin leIop et le béhémoth porcin:





Après l'hommage à dragon Ball, celui à One Piece avec un combo digne de Sanji

4 commentaires:

  1. Ankama sont super ! Moi je suis fan ! Passe voir mon blog à l'occasion. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Ton blog est super également, abonné direct!
    Ah et so impressive tes chiffres pour ton blog politique, j'ai encore de la route à faire pour en arriver là!
    Merci du passage en tous cas!

    RépondreSupprimer
  3. Yosh, merci de m'avoir montrer debaser effectivement il déboite dès les première page

    RépondreSupprimer
  4. Mais de rien, je compte sur toi pour diffuser cette bonne came autour de toi ;)!

    RépondreSupprimer

Commentaires : Hate it or Like it but Say it !