Traduisez le site dans votre langue

Select your languages

jeudi 13 décembre 2012

Batman The Dark Knight Returns : No country for old men

  Le vieil auteur : Frank Miller

" Dès qu'on sort dans la rue, à la vue des gens, "extermination" est le premier mot qui vient à l'esprit " Cioran

Anarchiste révolutionnaire, passionné d'armes à feu, néo conservateur gâteux…nombreuses sont les folles rumeurs à courir autour de l'auteur et dessinateur Frank Miller (et ce n'est pas sa dernière œuvre "Holly Terror" qui cessera de faire couler l'encre). Ce qu'on ne pourra jamais lui reprocher en revanche, c'est de ne pas fixer un début et une fin à ses récits. En effet, si certains auteurs, après avoir défini les contours d'un personnages, l'abandonnent et lèguent la tâche à autrui, Frank, lui aime achever ses chantiers. Ok, ce n'est pas lui le créateur de Batman, ok, il n'a introduit aucun des personnages clés de la saga -quoique, James Gordon Junior a pris de l'importance depuis le run de Scott Snyder (voir "Batman : sombre reflet")- Mais il est celui qui a le mieux fixé les origines du personnage dans la mythologie DC Comics avec son "Batman : Year One" en 1987. Quoi de plus logique, puisqu'un an auparavant, il avait dévoilé au monde les "derniers instants" de la carrière de Batman dans "The Dark Knight Returns". Eh oui, il n'y a pas que Georges Lucas qui raconte la fin d'une histoire avant ses origines, sauf que dans le cas de Frank Miller, c'est totalement maitrisé. En s'appropriant le personnage créé par Bob Kane et Bill Finger, notre auteur a réussi à poser sa marque de fabrique sur la ville de Gotham : Sombre, désabusée, croulant sous la corruption et l'inaction des élus et hommes de loi, une ville où le faible et l'innocent sont à la merci des brutes et broyés par le système…sa vision de la société américaine en somme.

Le vieux héros Bruce Wayne/Batman




"La garde meurt mais ne se rend pas ! " Pierre Cambronne

 Oui, il ne faut pas aborder les Batman de Frank Miller comme des œuvres traitant de super héros, si on devait les comparer à une autre œuvre, ce serait "Dirty Harry" ou "Gran Torino", des films où Clint Eastwood campe un "vrai américain" désillusionné par la tournure que prend son pays. Car oui, il est question de désillusion dans The Dark Knight Returns, avec un Bruce Wayne grisonnant et usé qui, malgré son envie de raccrocher les gants, ressort sa cape de vigilante pour essayer de sauver Gotham City d'elle-même.


Fini le Batman se déplaçant de toits en toits sans sourciller, notre héros accuse le poids des années et les séquelles de sa longue lutte contre le crime et il tente de se convaincre que son temps est révolu. L'homme a pris des rides mais pas sa rage de voir sa ville débarrassée des démons qui lui ont coûté ses parents. Et si la situation est encore pire que lorsqu'il a endossé son costume pour la première fois, une partie de son être lui intime l'ordre de ne pas capituler et de se battre encore une fois, des années après une retraite forcée suite à la mort de Jason Todd, le second Robin.

Frank Miller devançait ainsi l'évènement tragique de l'arc "Death in the Familly" qui paraitra 3 ans plus tard en se demandant ce qu'il adviendrait de la volonté du chevalier noir si on lui ôtait un autre être cher. Une question abordée avec humanité et réalisme dans cet ouvrage réédité pour notre plus grand bonheur par Urban Comics.

Chauve-souris gâteuse, lecteurs gâtés 

En effet, cette nouvelle édition, outre la qualité de son papier et du traitement de ses couleurs, dispose d'une trentaine de pages de bonus avec de nombreux croquis préparatoires, couvertures etc. Cerise sur le gâteau, les premiers acheteurs repartiront avec le DVD et le Blu-Ray de la première partie de l'adaptation animée de "The Dark Knight Returns" sans débourser un centime de plus.

Et si l'anime est bien plus édulcoré que l'œuvre originale, sa réalisation est de qualité et on retrouve l'ambiance crépusculaire du titre. Seul bémol, le média animé sacrifie les introspections de Bruce Wayne, coupant le spectateur des doutes et tourments intérieurs de ce héros si humain au final. Après Batman : Year One, Justice League : La tour de Babel et Batman : Arkham City, la branche comics de Dargaud prouve qu'elle est bien décidée à gâter ses lecteurs en leur offrant à chaque grande sortie, un supplément de qualité (adaptation animée, jeu vidéo et qui sait, peut-être bientôt copie digitalisée ou bande son pour accompagner la lecture ?). Urban Comics et son directeur éditorial François Hercouët transforment encore une fois l'essai avec une offre que vous ne sauriez refuser. Un must have !


Titre : Batman : The Dark Knight Returns - Comics + combo Blu-ray/DVD 
Dessinateur et Auteur : Frank Miller - Encreur : Klaus Janson 
Editeur : Urban Comics 
Format : 185x282mm 
Pages : 240 
Prix : 28€ 
Date de sortie : Le 16/11/12 (disponible dans toutes les bonnes crèmeries)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires : Hate it or Like it but Say it !