Traduisez le site dans votre langue

Select your languages

jeudi 6 octobre 2011

Rest (may be for the first time) In Peace Steve Jobs

Préambule

Salut à vous, je sors prématurément de ma retraite, interrompant ainsi ma préparation de conquête du monde mais bon, il semblerait que l'actualité soit assez grave et tragique pour que je me manifeste furtivement en ces lieux.
Il existe des journées comme ça, qui commencent par de funestes nouvelles, assombrissant le ciel déjà bien foireux d'une matinée automnale de cours. Ainsi en ce Jeudi 5 Octobre 2011, en pleine préparation physique et mentale pour aller prendre ma dose quotidienne d'apprentissage universitaire, j'apprenais le décès du génie 3C (cancéreux créatif capitaliste) d'Apple, j'ai nommé Steve Jobs.



Wiki-déviant

Pour rappel , monsieur Jobs naquit le 24 Février 1955, mais bon, sa période pré-universitaire n'est pas franchement palpitante (quoique je ne suis pas spécialiste en anecdotes de célébrités, il a peut-être eu une enfance riche en inventions juvéniles bien hypes...ou pas!). On passera donc directement à sa période universitaire, ou plutôt non-universitaire car il abandonne ses études au Reed College de Portland après seulement un semestre tout en continuant à suivre des cours en auditeur libre dans les matières qu'il jugeait essentielles pour son accomplissement personnel, dont ceux de calligraphie qui lui permirent d'en ajouter toujours plus à la notion de style made in Apple, faisant la diff' avec la concurrence frustre. Pour parfaire le mythe Geek-Chic, il faut noter que Steve Jobs travailla un temps chez Atari la célèbre société de jeux-vidéos avec son complice Steve Wozniak pour ensuite fonder Apple avec lui.
Steve et Steve sont dans un bateau, les deux tombent à l'eau mais un seul reviendra


S'ensuivront maintes péripéties économiques qui vous seront surement mieux narrées dans les prochaines heures par les spécialistes du genre, je vous donnerai donc de manière lapidaire les grandes dates de la vie de notre regretté inventeur:
-Backstabbé par le board d'Apple en 1985, il devra quitter la boite qu'il avait pourtant fondé (Dallas ton univers impitoyableuh!)
-Rachat et sauvetage du studio d'animation Pixar en 1986, donc vous autres fans de Disney, sachez que les belles productions en 3D de la firme de Mickey n'auraient jamais vu le jour sans Steve Jobs, du coup, lors de votre prochain visionnage de Toy Story, Là-haut et autres Raiponce et Ratatouille, ayez une petite pensée pour monsieur Jobs.
-Retour triomphal, mais pas assez vindicatif à mon gout, aux commandes d'Apple en 1997
-Création de l'iMac, l'autre conception de l'ordinateur "ménager", rompant avec la morosité des PC habituels et leurs tons grisâtres. L'iMac G3 osait la couleur et apportait une ergonomie pensée pour le confort absolu de l'utilisateur, notamment par un agencement révolutionnaire des composantes et accès aux périphériques de la machine.
ça c'est de la bonne évolution, prenez-en de la graine les Pokémon


-En 2001, il frappera très fort de nouveau en commercialisant L'iPod et sa plateforme-jukebox, l'iTunes, véritables révolutions qui marquèrent un tournant crucial au niveau de l'industrie de la musique...Le futur était en marche (le P2P aussi avec les successeurs du système d'échange de musique Napster d'un autre génie de notre temps: Sean Parker)
Nota benêt:
Apple a toujours tendu la main aux productions sentaï mais celles-ci s'évertuent à ne pas équiper leurs justiciers multicolores d'iPods pour leurs bastons...Quels réacs'!

Tss...En plus, dès le début, les Bioman arboraient de beaux rangements parfaitement adaptés pour des iPods à leurs boucles de ceinture!



-Puis virent enfin l'iPhone en 2007 et l'iPad en 2010, bijoux d'inventivité et architectures de rêve au service du consomm'acteur hype et branché du 21ème siècle.



Avec ces création, Steve Jobs aura gentiment mais surement poussé une grande partie de la population à mettre un pied dans l'univers des nouvelles technologies, réalisant le rêve de moult boutonneux binoclards avant lui: ôter à l'appellation de Geek son côté éminemment péjoratif (là encore des débats existent sur la dénaturation de ce terme et son utilisation à tort et à travers, mais je m'en fous je dois dire...).

Des souris et un homme

Derrière ce jeu de mots éhonté et éculé se cache le rapport qu'entretenait Steve Jobs et ses collaborateurs (et la sensation qu'il inspire à une grande partie de l'humanité de consommation): notre homme avait une personnalité qualifiée de colérique, intransigeante, voire même agressive. Lorsqu'il désirait qu'une chose soit réalisée d'une manière, la notion d'alternatives disparaissait complètement de son champ de possibilités, et il fallait œuvrer dans son sens pour l'achèvement de ses idées...bien lui en a pris car l'histoire lui a donné raison.Ce tempérament rugueux participa à la construction de son mythe, faisant de lui le directeur général de la décennie aux yeux du magazine Fortune en 2009 et lui permettra de se hisser dans le top 10 des plus gros comptes en banque d'outre-atlantique.
Si pour moi qui n'ai jamais possédé aucun produit de la marque à la pomme, Steve Jobs constitue un grand homme, c'est de par son profil de stratège et de visionnaire qui lui permettait de placer Apple en pionnier dans les différents sentiers d'évolution technologique.
On pourra lui reprocher à la manière des Guignols de l'info de crier à la révolution trop vite et d'inciter à un consumérisme un chouïa irresponsable en rendant trop rapidement ses précédentes créations obsolètes, mais je pense qu'au delà de l'aspect financier, nous avions affaire à un perfectionniste esthète qui pour pouvoir envisager le futur et améliorer ses dessins, ne pouvait se contenter de les gommer, mais arrachait tout bonnement ses pages pour les recommencer à zéro, ne serait-ce que pour y rajouter un élément.
Cette logique synonyme de nouvelles dépenses pour le consommateur est à placer dans un mouvement où tout doit être pensé dès le début pour fonctionner ensemble, excluant le rapiéçage et les modifications en cours de route.

ça c'est du boulot Stevo!

Personnellement je trouve cette façon de faire un peu excessive et "expensive", mais je ne la comprends que trop bien, vu le nombre de fois que j'ai déchiré un dessin pour une main que je jugeai tout à coup trop mal faite ou même mon scénario de bande dessinée que je refaçonne depuis maintenant plus de 7 ans, effaçant purement et simplement des pans entiers de l'histoire, les jugeant dissonants au niveau de l'harmonie de l'ensemble...Mais bref, il n'est pas question de moi ici, mais définitivement d'un grand Homme qui s'est éteint au terme d'une lutte contre un Cancer du pancréas (cette saloperie qui emportait déjà l'an dernier Satoshi Kon, un autre Être Humain d'exception). Qu'on apprécie ou non son œuvre, que l'on soit un hipster accro d'Apple, qu'on roule pour la concurrence ou même que l'on soit un pseudo réfractaire à la société de consommation, nul ne pourra nier ce fait (sinon qu'il argumente, cet espace est destiné à cet effet):
cet homme a vécu pour ses idées et n'a jamais quitté son objectif d'accomplissement jusqu'à la fin, même lorsque le ciel s'assombrissait de sombres et épais nuages.
Ne regardez donc pas l'aspect commercial de sa carrière, mais le génie artistique et stratégique intrinsèque de celle-ci.

Je vais m'arrêter là, n'ayant aucune légitimité à continuer à faire l'hommage d'un individu dont je ne possède aucun produit, laissant humblement la possibilité à tous les riches ceux pour qui ses créations ont changé l'appréhension des technologies et de leur utilisation, de "témoigner" de leur expérience de ses iNovations.

Nekofurioso.

En bonus, la version finale du dessin que j'ai réalisé en speed avant d'aller en cours ce matin. Telle est ma maigre contribution:

3 commentaires:

  1. Je suis un de ces connards...

    RépondreSupprimer
  2. Roh t'as le droit! c'était du second degré, justement pour montrer que balancer des allégations sans argumentation c'est pas "super sport" comme dirait l'autre: ce que je veux c'est une vrai discussion/réflexion sur ce qu'à fait le sieur Jobs et comment on l'a ressenti (en bien ou en mal). Allez à plus!

    RépondreSupprimer
  3. il manquait plus qu'à créé la i-thune et là il aurait vraiment dominé le monde :D

    RépondreSupprimer

Commentaires : Hate it or Like it but Say it !